• Le coryza du chat

     

    VOTRE CHAT ETERNUE, A LE NEZ QUI COULE, SALIVE DE MANIERE EXCESSIVE ?

    ATTENTION, IL EST PEUT-ÊTRE VICTIME DE CORYZA !

     

    Les cibles préférentielles du coryza

     

    Les chats soumis à des situations stressantes (déménagement, changement de propriétaire...) et les chats vivant en groupe sont plus enclins à développer un coryza.

     

    En effet, le chat étant territorial et souvent solitaire est soumis à un stress constant lorsqu'il est maintenu enfermé avec plusieurs congénères.

    En outre, le coryza étant très contagieux, la maladie se répand rapidement d'un chat à l'autre.

     

    Les chatons entre 2 et 12 semaines sont également particulièrement sensibles, au moment où l'immunité transmise par leur mère faiblit car ils ne sont pas encore couverts par la vaccination.

    Enfin, les chats porteurs des virus d'immunodéficience féline et/ou de leucose sont plus exposés à développer un coryza, et ce de manière chronique.

     

    Le traitement et la prévention

     

    Le traitement du coryza peut se faire à base d'antibiotiques (en comprimés, en gouttes ou en injections si nécessaire)

    L'homéopathie (par des demi cachets de Coryzalia) est aussi une solution de traitement (ne donner Coryzalia qu'après avoir fait un traitement par antibiotiques, Coryzalia ne remplaçant pas le traitement initial)

    Si vous voyez que la santé du chat ne s'est pas améliorée, n'hésitez pas, ramenez le chez le vétérinaire.

    Une aérosolothérapie peut également donner de bons résultats, si le chat se montre coopératif, car il s'agit de lui faire des sortes d'inhalations plusieurs fois par jour pendant 15 minutes.

    Pour les cas graves, une hospitalisation est parfois indispensable, afin de réhydrater le chat et de lui administrer une alimentation par sonde.

    La vaccination contre le coryza félin est possible.

    Le vaccin est actif à la fois contre les calicivirus et contre la rhinotrachéite.

    On associe de plus en plus souvent un vaccin contre les chlamydias.

    La vaccination se fait chez le vétérinaire.

     Attention toutefois, un chat vacciné peut encore contacter la maladie, mais elle sera atténuée.

     

    Quand virus et bactéries attaquent l'appareil respiratoire du chat

     

    Le coryza est une maladie très commune chez les chats.

    Elle est très complexe, car elle n'est pas due à un seul microbe, mais à l'association de plusieurs virus et bactéries contagieux attaquant seul ou en groupe le système respiratoire du chat surtout si ce dernier n'a pas été vacciné.

     

    Trois virus sont impliqués dans le coryza du chat et provoquent chacun des symptômes différents :

      un virus de la famille des "herpes virus" provoquant une infection du nez, des voies respiratoires et des yeux.

    Les symptômes sont variables en fonction de l'âge du chat et de son état de santé.

    Chez le chaton, il provoque toux, éternuements, d'importants écoulements au niveau des yeux et du nez, conjonctivite et faiblesse de l'état général (perte d'appétit et fièvre)

    Chez les adultes, il provoque le plus souvent uniquement une conjonctivite sérieuse avec des ulcères au niveau de la cornée.

    C'est le virus le plus dangereux. Il peut être mortel chez des animaux affaiblis si l'on ne met pas en place un traitement rapide.

     

      un calicivirus provoquant lui aussi de la fièvre et de l'abbattement, des écoulements oculo-nasaux et surtout des ulcères dans la bouche (plaques rouges très nettes sur la langue ou les gencives)

    Ces plaies dans la bouche sont douloureuses et provoquent une salivation importante et une perte d'appétit.

    Ce virus peut vivre dans le pharynx des chats sans induire aucun symptômes, mais être excrété par ces chats apparemment sains et induire la maladie chez des animaux plus fragiles.

     

      un réovirus bénin qui provoque des larmoiements.

    A ces atteintes virales, il faut ajouter les bactéries qui très souvent se surajoutent et provoquent des complications chez les chats déjà affaiblis : pus dans les yeux et le nez.

    Une bactérie cependant entre dans la description du coryza, il s'agit d'une chlamydia.

    Elle est très contagieuse et la maladie est d'autant plus grave que les chats sont jeunes.

    Les sécrétions qui s'écoulent des yeux peuvent accoler les deux paupières en séchant.

    Ces trois agents peuvent induire des troubles seuls ou en association.

    Enfin, d'autres virus (coronavirus) ou bactéries peuvent aussi jouer un rôle dans le développement du coryza ou dans l'aggravation des lésions causées par l'herpèsvirus et le calicivirus.

     

    Les principaux symptômes

     

    Cette maladie touche en priorité les animaux vivant en communauté (chatterie, refuge, "famille nombreuse", chats semi-sauvages), les chatons et les adultes non vaccinés.

    Après une incubation courte (2 à 5 jours), les signes respiratoires (toux, éternuements), les écoulements des yeux et du nez, la perte d'appétit et parfois les taches rouges dans la bouche apparaissent de manière plus ou moins importante selon les animaux.

    Si plusieurs chats présentent les mêmes symptômes au même moment, il est fort probable qu'il s'agit du coryza qui est très contagieux.

    La contagion s'effectue (comme pour la grippe chez l'homme) sans contact direct, par les éternuements ou quand les chats se soufflent dessus.

    Cette maladie n'est cependant pas communicable à l'homme.

    La maladie non traitée peut évoluer vers une guérison naturelle chez certains animaux résistants.

     Mais attention, elle peut quelquefois se compliquer d'une nécrose des os du nez, avec infection généralisée, et finir par la mort de l'animal si celui-ci est déjà affaibli et refuse de s'alimenter.

     

    ATTENTION :

    cette maladie peut vivre à l'état latent dans des ganglions de chats en bonne santé et se réactiver à la suite d'évènements tels qu'un stress, une mise-bas ou une autre maladie.

    Un chat guéri du coryza peut rester porteur de longues années et être à nouveau contagieux.

     

    LUTTER CONTRE LE CORYZA = VACCINATION DES CHATS

     

    Faire vacciner les chatons dès leurs plus jeunes âges.

    Deux injections à un mois d'intervalle puis un rappel tous les ans.

     

     Ne pas oublier les rappels !

    (personnellement je le marque sur un tableau où j'ai inscrit mes 6 chats et en plus mon vétérinaire m'envoie une carte environ 3 semaines avant pour m'indiquer la date du rappel au cas où j'aurai oublié)

    Ne pas hésiter à isoler le ou les chats malades.

    Dès que vous soupçonnez qu'un de vos chats est malade, amenez-le chez un vétérinaire.

    Seul un spécialiste peut diagnostiquer sérieusement les maladies des félins.

    Leurs administrer les traitements selon la prescription vétérinaire.

    (bien suivre le protocole)

    Si vous avez des difficultés pour leurs faire ingérer les médicaments, il existe une pate appelée "Observence". Vous enveloppez les médicaments dans la pate et vous donnez la boulette au chat.

    En général, le chat aime bien le goût.

    (mais pas tous les chats !)

    Ne pas laisser les chats sains manger dans la gamelle du chat malade.

    Si c'est une femelle qui est malade et qu'elle allaite, un sevrage précoce des chatons sera nécessaire.

    Bien maîtriser l'ambiance, attention au stress (surtout si vous avez plusieurs chats), à la température, à l'humidité et à l'aération de l'appartement ou de la maison.

    Si besoin, achetez du Feliway en diffuseur et en spray pour vous aider à gérer le stress des chats.

    Bien nettoyer les gamelles, les litières, les panières (coussins où dorment les chats), les couvertures, les caisses de transport, les sols et les poignées de portes, avec un désinfectant alcalin car ce virus peut vivre jusqu'à 10 jours en milieu extérieur.

     

    Texte pris sur Wikipédia   + quelques conseils personnels.

     

     

    Tulipe mauve

     

     

    Ma minette Perle lorsque je l'ai trouvée le 16 décembre 2008 avait le coryza.

    Je l'ai bien soignée, vu plusieurs fois le vétérinaire.

    Je vous mets des photos, en cliquant dessus vous pourrez voir la métamorphose !

    Les photos sont datées.

    Perle a gardé une gingivite chronique (que je soigne) mais qui ne revient plus très souvent.

     

    Le coryza du chat  Le coryza du chat  Le coryza du chat

     

    Le coryza du chat  Le coryza du chat  Le coryza du chat

     

    Le coryza du chat  Le coryza du chat  Le coryza du chat

     

     

     

     Si vous voulez me laisser un message,  CLIC  ICI

     

    Retour à l'accueil